GIMP 2.6 sous Windows

Mise à jour du 4 Mars 2012

Accueil

Sommaire

lien aléatoire liste des sites logo_webring_gimp_francophone


SommaireIntroduction

Présentation

GIMP (GNU Image Manipulation Program) est un logiciel libre de création et de traitement d'images initialement prévu pour fonctionner sous des systèmes compatibles Unix (Linux par exemple). Depuis plusieurs années un port de ce programme a été effectué sous Windows par Tor Lillqvist et Jernej Simoncic.

Pourquoi travailler sous Windows ? Parce que de nombreux périphériques utilisés en imagerie (imprimante, scanners, tablettes graphiques) n'ont pas de pilotes pour d'autres systèmes. Ainsi, sous Linux, je n'ai pas eu pendant longtemps d'interface USB pour mon scanner, et ne pouvais imprimer en qualité photo avec mon imprimante HP (HP a développé depuis des pilotes pour Linux).

Ceci dit, depuis, j'ai également travaillé sur des images avec la version Linux de GIMP, avec des résultats rigoureusement identiques. Dans ce qui suit, tout ce qui ne se rapporte pas spécifiquement à des fonctions adaptées uniquement à Windows s'applique également à la version Linux de GIMP.

Le programme a été assez profondément modifié par le passage à la version 2 ce qui se traduit par un changement de l'aspect de l'interface, pas mal d'améliorations fonctionnelles, une aide multilingue (avec le français) intégrée.

Le passage de la version 2.2 à 2.4 se traduisait par de nouvelles icônes, de légers changements dans les interfaces graphiques, quelques nouvelles fonctions et un traitement de gestion de la couleur. D'autre part la librairie graphique GTK+ a été intégrée au paquetage de GIMP. Le passage à la version 2.6 comporte une modification importante de l'interface graphique : tous les menus sont regroupés dans les fenêtres d'images (il n'y en a plus dans la boite à outils), et l'ensemble des fenêtres de dialogue peut, en option, être associé à une seule case dans le barre des tâches.

Mes premiers contacts avec GIMP

Il y a quelques années (au siècle dernier...), j'ai téléchargé et lancé la version de l'époque (1.1) de GIMP Windows ; déçu par son aspect spartiate et ne sachant par quel bout commencer, je l'ai immédiatement désinstallée...

Quelques temps plus tard, ayant fait l'acquisition d'un appareil photo numérique, j'ai cherché un programme de traitement d'image, et ne voulant pas investir sans savoir, j'ai décidé de réexaminer les possibilités de GIMP en la matière. J'ai passé pas mal de temps à lire plusieurs chapitres d'un manuel de 600 pages, et réalisé quelques photomontages.

C'est à l'usage que j'ai découvert les possibilités incroyables de ce programme, dont l'ergonomie a été améliorée dans chaque nouvelle version.

Je voudrais faire partager mon expérience, et encourager les utilisateurs rebutés par un premier abord quelque peu austère à persévérer.

Conventions utilisées dans ce texte

Référence à des éléments de menus. Depuis la version 2.6, GIMP donne accès à un seul type de menus, accessible depuis une fenêtre d'images. Il y a toujours au moins une fenêtre d'image, dont le contenu est vide si aucune image n'est chargée. On obtient les menus soit par la barre de menu si celle-ci est visible (c'est une option des préférences), soit par un clic droit dans la fenêtre.
Remarque importante. Dans le cas d'un clic droit dans la fenêtre uniquement , il est possible de coller un menu sur le bureau en cliquant sur la ligne pointillée en haut du menu.
Dans ce qui suit le nom d'un élément de menu d'image sera de la forme:
<image>Menu/Element...
Chemins des répertoires d'installation. La suite de cette page suppose que l'installation a eu lieu à l'emplacement standard par défaut :
C:\Program Files\GIMP-2.0
Dans le cas d'une installation à un emplacement non standard, les exemples doivent être interprétés en conséquence : remplacez le répertoire ci-dessus par le vrai répertoire d'installation.

SommaireTéléchargement, installation et réglages

  1. Installation des paquetages (Version actuelle: GIMP 2.6.12)

    Attention ! Cette version pour Windows de GIMP ne fonctionne que sous Windows 2000/XP/Vista/7.
    Remarque importante sur les mises à jour.
    Si vous aviez une version 2.0.x ou 2.2.x installée, il faut désinstaller le paquetage correspondant ainsi que le paquetage GTK+ associé.
    Si vous aviez déjà une version 2.4.x ou 2.6.x, il suffira d'installer par dessus l'existant le paquetage GIMP, et l'aide multilingue.

    Site officiel de téléchargement des paquetages pour Windows. A consulter si vous voulez vérifier que vous avez les versions les plus récentes des paquetages. Les liens des paquetages officiels donnés ci-après sont extraits de ce site:
    http://gimp-win.sourceforge.net/stable.html

    Paquetages à installer:

  2. Premier démarrage de GIMP

  3. Réglage des préférences

    Le menu <image>Edition/Préférences donne accès à un formulaire arborescent définissant les paramètres de fonctionnement de GIMP. Je donne ici les paramètres que j'utilise.

    Il existe beaucoup d'autres options dans les préférences, que vous pouvez expérimenter. Lorsque vous êtes satisfait des changements, n'oubliez pas de cliquer sur Valider pour mémoriser les options.

  4. Raccourcis clavier

    Cette nouvelle version de GIMP possède un nouveau système pour redéfinir les raccourcis clavier. Pour faire apparaître la fenêtre de configuration cliquer sur le menu:

    <image>/Edition/Raccourcis clavier
    Dans la colonne de gauche vous pouvez développer chaque catégorie d'action en cliquant dans les petites croix. Pour configurer un raccourci: Si le raccourci que vous avez défini est déjà utilisé pour une autre fonction, un dialogue s'ouvre pour vous prévenir et vous donner la possibilité d'annuler l'opération.

    Il y a au moins un raccourci à changer sur un clavier français, celui de la touche = pour augmenter l'effet de zoom. En effet par défaut, il faut faireMaj= , ce qui n'est pas pratique. Il se trouve dans la catégorie Affichage/Zoom avant. Cependant un second raccourci est également prévu pour cette même fonction, avec le + du pavé numérique.

    Vous pouvez également changer le raccourci Edition/Refaire en CtrlR pour rester compatible avec les version précédentes de GIMP (je ne sais pourquoi, il a été changé enCtrlY par défaut).

    Le changement de raccourci clavier n'est possible que si la case Utiliser les raccourcis clavier dynamiques est activée dans le formulaire Interface des Préférences.
    En plus un changement de raccourci clavier n'est permanent que si la case Enregistrer à la sortie les raccourcis clavier est cochée.
  5. Désinstallation

    La désinstallation des paquetages se fait au moyen du Panneau de configuration de Windows, Ajout/Suppression de programmes. Vous devrezdésinstaller :
    Après cela, si vous voulez retirer définitivement GIMP 2 et ses composants, vous pourrez supprimer le sous-répertoire d'installation GIMP-2.0 ainsi que le ou les répertoires utilisateurs de GIMP 2.

SommaireDialogues : fenêtres attachables et onglets

Conseils importants

Depuis la version 2, l'interface de GIMP est hautement configurable, mais de façon non évidente. De plus, je trouve la configuration par défaut peu pratique, ce qui fait renoncer certains utilisateurs...

Avant de procéder à des manipulations, je conseille d'aller dans les préférences, ici :
<image>Edition/Préférences/Gestion des fenêtres

Au moyen des listes déroulantes afficher "Fenêtre normale" dans les deux cases Envoi au gestionnaire de fenêtres. Les autres options permettent d'associer lplusieurs dialogues à une seule case de la barre des tâches, mais, dans ce cas
tous les dialogues se mettent au premier plan et le plus souvent masquent partiellement la fenêtre d'image en cours de travail, ce qui est très génant, sauf à posséder plusieurs écrans. Enfin, essayez et vous verrez ; ces modifications nécessitent à chaque fois un arrêt/redémarrage de GIMP pour être prises en compte.

Ensuite, décocher provisoirement la case :
Enregistrer à la sortie la position des fenêtres
De cette façon vous ne modifierez pas la situation au prochain chargement de GIMP.
De plus, vous pouvez à tout moment revenir aux valeurs par défaut en cliquant sur :
Restaurer les positions enregistrées aux valeurs par défaut

Lorsque vous aurez trouvé une disposition qui vous convient, vous pourrez cliquer sur :
Enregistrer maintenant la position des fenêtres

Quand vous serez familiarisé avec ces manipulations, vous pourrez recocher la case :
Enregistrer à la sortie la position des fenêtres
si vous voulez conserver d'autres modifications ultérieures.

Description

La plupart des fenêtres de dialogues de GIMP 2 permettent de contenir plusieurs dialogues accessibles par onglets et peuvent s'attacher entre elles. Ces fenêtres peuvent être créées grâce au menu <image>Fenêtres. La figure ci-dessous montre une telle fenêtre :

Fenêtre de dialogue

Si la fenêtre contient plusieurs dialogues, des onglets permettent de sélectionner un dialogue voulu. S'il n'y a qu'un seul dialogue, il n'y a pas d'onglet.
La ligne Titre du dialogue contient le titre du dialogue sélectionné et deux boutons permettant respectivement l'appel d'un menu contextuel et la fermeture de l'onglet (dans le cas d'un seul dialogue, c'est la fenêtre qui est fermée). Lorsque que le curseur passe sur la ligne Titre du dialogue, il se transforme en une petite main.

Modification du contenu et de la présentation des fenêtres de dialogue

En cliquant (bouton gauche de la souris) sur la ligne Titre du dialogue et en maintenant le bouton de la souris enfoncé, on peut déplacer le dialogue sélectionné par un glisser/déposer aux endroits suivants :
Lorsqu'un dialogue est déplacé comme ci-dessus, il disparaît de la fenêtre d'origine pour réapparaître à l'emplacement de destination. Si l'emplacement d'origine était dans une fenêtre contenant plusieursdialogues attachés, cette fenêtre n'est pas toujours automatiquement redimensionnée lorsqu'un des dialogues est supprimé ; il peut rester en bas un espace vide que l'on peut combler en remontant le bord inférieur de la fenêtre avec la souris.

La configuration obtenue sera sauvegardée à l'arrêt de GIMP et restaurée au démarrage si l'option :
Enregistrer à la sortie la position des fenêtres
du menu de la boite à outils<image>Edition/Préférences/Gestion des fenêtres a été cochée.

Changement de l'ordre des onglets dans une fenêtre de dialogue

Si on déplace un onglet sur un autre onglet (glisser/déposer avec le bouton gauche de la souris), le premier onglet prend la place du second, et ce dernier et les suivants sont décalés vers la droite.

Ma disposition

Je n'affiche en permanence que trois fenêtres :


SommairePrise en compte des fichiers PostScript

GIMP est capable de sauver des fichiers au format PostScript (.ps ) et Encapsulated PostScript (.eps). Par contre, pour pouvoir lire de tels fichiers, GIMP fait appel à un programme extérieur qui doit être installé. Il s'agit de l'interpréteur GhostScript qui permet également d 'importer des images enregistées au format PDF (.pdf) .

Les exemples donnés s'appliquent à la version 8.11 de GhostScript et 4.4 de GhostView. Pour une version ultérieure, changer les numéros de version dans ces exemples.

  1. Installation de GhostScript et GsView
    Vous pourrez télécharger la dernière version de GhostScript pour Windows sur ce site:

    http://www.cs.wisc.edu/~ghost
    Il est conseillé de télécharger également le programme GsView qui va avec. C'est une interface graphique qui vous permettra de visualiser tous les fichiers PostScript.
    Ces programmes se présentent sous la forme d'exécutables autoinstallables:
    gs811w32.exe --> GhostScript V8.11
    gsv44w32.exe --> GsView V4.4
    Double cliquer sur ces exécutables pour lancer l'installation.
  2. Création de la variable d'environnement GS_PROG

    Si vous avez suivi l'installation standard, le chemin de l'exécutable de GhostScript utilisé par GIMP est de la forme:
    C:\Program Files\gs\gs8.11\bin\gswin32c.exe
    Il faut créer une variable d'environnement GS_PROG contenant ce chemin pour le communiquer à GIMP.

    Sous Windows 2000/XP, clic droit sur Poste de travail, puis sur Propriétés, onglet Avancé, bouton Variables d'environnement.Cliquer sur Nouveau dans Variables système, un formulaire apparaît ;entrer GS_PROG dans la case de nom, et le chemin de l'exécutable dans la case de valeur, puis cliquer sur OK.

SommaireLa documentation

Le programme est en grande partie "localisé" pour la nationalité du système Windows utilisé. Sur un système français, les menus, messages et bulles d'aide du programme ont été assez bien traduits, de même que le manuelque l'on peut consulter par le menu <image>Aide/Aide. Pour le manuel il faut utiliser le navigateur par défaut du système (Internet Explorer,Firefox...), car le navigateur intégré ne fonctionne pas sous Windows. Le choix du navigateur et de la version de l'aide, locale ou en ligne (Web) se fait dans le formulaire :
<image>Edition/Préférences/Système d'aide

Le manuel en ligne peut également être consulté sur l'Internet à cette adresse:
http://docs.gimp.org/fr/
Adresse du site officiel de GIMP :
http://www.gimp.org
Site français de GIMP contenant plein de liens utiles:
http://gimpfr.org/
Site québecois très complet (manuels en français au format pdf):
http://www.aljacom.com/~gimp/
Page de la version Windows de GIMP (pour les développeurs) :
http://www.gimp.org/win32
Didacticiels en Français:
http://www.linuxgraphic.org/section2d/gimp/didact.html

Forum en Anglais:
http://www.egroups.com/group/GIMPWindows/

Forum en Français:
news://news.zoo-logique.org/dessin.TheGimp

Livres:

On trouvera ici un lien vers la traduction en français de l'excellent livre Grokking the GIMP sur les techniques de traitement d'image. Bien que ce livre concerne la version 1.2 de GIMP, les méthodes décrites restent valables.
http://www.linuxgraphic.org/grokking/
On trouvera un choix d'ouvrages concernant GIMP 2.x sur cette page :
http://www.eyrolles.com/Audiovisuel/Theme/799/graphisme-et-animation/2d/the-gimp.php

SommairePlugins compatibles Photoshop

Il existe un greffon nommé pspi capable d'effectuer la liaison avec certains plugins compatibles Photoshop (fichiers au format .8bf). Ce module est encore en version de test, mais permet d'exécuter un grand nombre de plugins (mais non pas tous...).

Ce greffon est téléchargeable ici :
gimp-pspi-1.0.3.zip
Après avoir décompressé ce fichier, copier l'exécutable pspi.exe dans le sous répertoire plug-ins du répertoire utilisateur et relancer GIMP.

Il suffit alors de copier les plugins Photoshop dans un répertoire spécifique et d'invoquer:
<image>Filtres/Photoshop Plug-in settings...
Un formulaire apparaît, qui permet d'ajouter le répertoire contenant les plugins. Aprés celà, il faut redémarrer GIMP, et les plugins Photoshop apparaissent dans les sous-menus de
<image>Filtres
de GIMP, et aussi dans:
<image>Aide/About Photoshop plug-ins

Attention !
Tous les plugins Photoshop ne fonctionnent pas sous GIMP, c'est pourquoi il faut mettre les plugins à tester dans un répertoire particulier. La présence d'un plugin incompatible peut provoquer un plantage de GIMP, ou même l'empêcher de démarrer.

SommaireChargement d'une image

Sélecteur de fichier

Appeler le sélecteur de fichiers par <image> Fichier/Ouvrir
Le sélecteur est divisé en trois volets : liste des disques à gauche, répertoires ou fichiers au milieu, aperçu à droite.
Au dessus du volet du milieu, des boutons sont associés à chaque répertoire de l'aborescence courante, permettant d'y revenir rapidement.

Chargement d'une image à partir de l'Explorer de Windows

La méthode ci-dessus n'est pas très partique, car si l'on a accès à la liste des noms de fichiers,on ne peut voir qu'une miniature à la fois.

Il est plus commode d'ouvrir un répertoire d'images avec l'Explorer de Windows, dans lequel on aura pris soin de cliquer sur Miniatures dans le menu Affichage. On verra alors l'ensemble des images sous forme de miniatures. Pour charger une image dans GIMP il suffit de faire à la souris un glisser/déposer du fichier sur la boite à outils de GIMP.

L'inconvénient de cette méthode est que Windows n'est pas capable de représenter sous forme de miniature tous les formats de fichiers connus de GIMP. La miniature est alors remplacée par une icône standard. C'est pourquoi j'utilise plutôt le sélecteur de fichiers guash décrit ci-après.

Utilisation de Guash

Le sélecteur de fichiers guash a disparu depuis longtemps des versions officielles de GIMP, mais je le maintiens pour la circonstance. Les avantages de guash sont :
.
Guash, qui fait partie de mon paquetage Smart print tool, est une application qui affiche les fichiers graphiques sous forme de miniatures. Il affiche également les icônes de répertoires.
  • Appeler Guash par
    <image>Fichier/Guash
  • Cliquer une fois sur un répertoire pour y aller.
  • Cliquer une fois sur un fichier pour le sélectionner.
  • Si la touche Maj est enfonçèe, cliquer sur un fichier non sélectionné l'ajoute à la sélection, cliquer sur un fichier sélectionné le retire de la sélection.
  • Cliquer dans la sélection charge le ou les fichiers sélectionnés.
Guash_Image

Remarque 1 : la première fois que guash est utilisé dans un répertoire de fichiers graphiques, il crée un dossier .xvpics dans ce répertoire, destiné à contenir les aperçus des images ; ceci prend un certain temps. Il est important que guash démarre dans un répertoire contenant les catalogues d'images, ce qui est le cas si l'on a pris soin d'indiquer ce répertoire dans les propriétés du raccourci de lancement de GIMP.

Remarque 2:
les fonctions Copy et Move accessibles par menu contextuel (clic droit dans la sélection) sont utilisables.

Remarque 3:
les précédentes versions de guash n'acceptaient pas les caractères spéciaux ou accentués dans les noms de fichier, mais c'est corrigé dans les dernières versions.

Scanner

Si vous avez un scanner muni d'une interface TWAIN, il est possible d'appeler cette interface depuis GIMP par:
<image> Fichier/Créer/Scanneur Appareil photo...

Capture de fenêtre ou d'écran

Il est possible de capturer une fenêtre ou tout l'écran dans une image par:

<image> Fichier/Créer/Capture d'écran

SommaireSauvegarde d'une image

Sauvegarde d'une image dans son format actuel

Pour sauvegarder une image sous son nom et son format actuel:
<image> Fichier/Enregistrer
Raccourci clavier :
Ctrl S

Sauvegarde d'une image sous un nouveau nom et/ou un nouveau format

Utiliser :
<image> Fichier/Enregistrer sous...
Raccourci clavier :
Ctrl Maj S
Si vous restez dans le même répertoire, entrez seulement le nom du fichier dans la ligne du haut. Si vous voulez changer de répertoire, et si les fichiers ne sont pas affichés, cliquer sur Parcourird'autres dossiers et double-cliquer sur le répertoire voulu. Après s'être positionné sur le bon répertoire, entrer le nom complet du fichier (avec son extension) sur la ligne du haut. Par défaut, le format du fichier est déterminé par son extension : .jpg pour JPEG, .gif pour GIF, etc.

Remarque. Une image est souvent constituée d'un certain nombre de calques superposés. Si l'on sauve une telle image composite sous un format ordinaire (GIF, JPEG, PNG...), un dialogue vous prévient que l'image doit être "aplatie" : les calques sont fusionnés en une seule image et les informations relatives aux calques individuels sont perdues. Si l'on veut conserver l'intégralité des informations d'une image composite, il faut la sauvegarder au format xcf (extension.xcf).

SommaireImpression

Impression avec l'assistant d'impression de Windows XP

Le module d'impression standard de la version Windows est rudimentaire : ilpermet peu de paramètres et imprime une seule image. Dans la version actuelle, le dernier module d'impression semble bogué, en tous cas il ne fonctionne pas bien avec mon imprimante HP.

Si l'on veut imprimer une ou plusieurs images sur la même feuille, on peut utiliser l'assistant d'impression de Windows.

Cette méthode marche bien, mais ne permet pas l'application d'une correction de couleur automatique, ce qui est le cas avec mon script smart print tool décrit ci-après.

Le script smartprint.scm

Attention. Voir cette remarque importante.
Ce script est opérationnel si vous avez installé le paquetage smart print tool (Voir au chapitre sur les téléchargements). Il est maintenant installé dans le répertoire utilisateur de GIMP.

Les instructions de paramètrage et d'utilisation se trouvent dans le fichier lisezmoi.txt du paquetage et ci-dessous.
Remarque. Le script smart print tool est une interface avec le module d'impression de GIMP. Le nouveau module d'impression de GIMP étant bogué, j'ai recompilé l'ancien dans le nouvel environnement, et l'ai inclus dans le paquetagesmart print tool. Il n'entre pas en conflit avec les modules existants.

Paramètrage

Editer (par exemple avec le Bloc-notes) le fichier smartprint.scm pour ajuster les valeurs par défaut des paramètres selon votre système et votre imprimante. Vous pouvez modifier les valeurs par défaut des paramètres situées à la fin du script; ce sont des lignes de la forme:
SF_FILENAME "Nom du paramètre" "code donnant le chemin un nom de fichier"
SF_VALUE "Nom du paramètre" "valeur numérique"
SF_TOGGLE "Nom du paramètre" TRUE ou FALSE(sans doubles apostrophes)
Nous donnons ci-dessous les lignes du script (vers la fin) à adapter éventuellement, les parties modifiables en rouge :

SF-FILENAME "Color correction file"
(string-append (car (gimp-gimprc-query "gimp_dir"))"/curves/nullcrv.txt")
SF-TOGGLE "Corrective method" TRUE
SF-VALUE "Resolution (ppi)" "300"
SF-VALUE "Printable width (mm)" "203.4"
SF-VALUE "Printable length (mm)" "290.4"
SF-VALUE "Columns" "2"
SF-VALUE "Rows" "2"
SF-VALUE "Margin width (%)" "5"
SF-TOGGLE "Markers" FALSE
SF-TOGGLE "Preserve aspect ratio" TRUE
SF-TOGGLE "Preserve orientation" FALSE
SF-TOGGLE "Repeat the same image" FALSE
SF-TOGGLE "Print thumbnails (3x6)" FALSE

Description des paramètres :

"Color correction file": code calculant l'emplacement du fichier de courbes par défaut nullcrv.txt . Ce fichier n'effectue aucune correction. En principe, ne pas toucher à cette instruction. On choisira s'il y a lieu un fichier de correction (produit comme indiqué plus loin) en cliquant sur le boutonColor correction file lors de l'exécution du script.
"Resolution (ppi)": résolution de l'image imprimée; 300 ppi est probablement la meilleure valeur pour les imprimantes HP à jet d'encre. Essayez éventuellement d'autres valeursavec d'autres types d'imprimante.
"Corrective method": bascule, si TRUE, la correction effectuée est l'inverse de celle fournie par les courbes. C'est le mode de correction normal, si l'on suit les explications fournies plus loin.
"Printable width (mm)"et "Printable length(mm)": largeur et longueur de la zone imprimable. Les valeurs d'origine sont pour l'imprimanteHP Officejet Pro K5400avec marges minimales et le format A4 (elles proviennent du manuel de l'imprimante). A adapter selon le cas.
"Columns" et "Rows" : nombre de colonnes et de lignes définissant l'assemblage des images.
"Margins": si non nul, définit une marge en pourcentage de la taille d'image.
"Markers": bascule, si TRUE, imprime des marques aux angles des images
"Preserve aspect ratio": bascule, si TRUE, préserve les proportions de l'image, sinon coupe celle-ci pour remplir exactement sa case.
"Preserve orientation": bascule, si TRUE pas de rotation de l'image.
"Repeat the same image": bascule, si TRUE, imprime (colonnes x lignes) fois la première image de la sélection au lieu de plusieurs images.
"Print thumbnails (3x6)" : imprime des miniatures avec le nom de fichier dans un format fixe (3 colonnes x 6 lignes). Simule une "planche contact". Lorsque cette option est validée, les autres options sont ignorées.

Fichier de correction de couleur

Il est possible de forcer une correction de couleur à l'impression en indiquant un fichier de correction de couleur adapté au papier utilisé (voir ci-dessus).

Ce fichier fournit les données idoines à l'outil Courbes appelé par le script.

Pour produire un tel fichier, le moniteur doit être calibré comme expliqué dans cette page. On peut se servir pour vérifier cela du fichier GAMMA.PNG. Lorsque ce fichier est vu sur le moniteur à l'échelle 100% , les niveaux de gris doivent être vraiment gris, sans coloration, et les parties gauche et droite de la case 2.2 doivent apparaître également sombres.

Le moniteur étant calibré, imprimer l'image GRAY.PNG avec le Smart Print Tool avec les paramètres suivants:
- laisser le fichier de correction de couleur par défaut nullcrv.txt (pas de correction).
- 1 colonne
- 2 lignes
Comparer l'image imprimée vue à la lumière du jour en milieu de journée avec celle vue sur l'écran (échelle 100%). Si les deux sont à peu près identiques, aucune correction n'est nécessaire. Sinon, modifier l'image à l'écran au moyen de l'outil Courbes jusqu'à la rendre similaire à l'image imprimée, puis, avant de quitter l'outilCourbes, enregistrer les paramètres. Pour cela,cliquer sur la petite flèche à droite du bouton +, en haut et à gauche sur la fenêtre de l'outil Courbes ; dans le menu qui apparaît, cliquer sur Exporter les paramètres dans un fichier, puis donner le nom du fichier dans la fenêtre d'enregistrement (normalement, elle est déjà positionnée sur le bon sous-répertoire curves du répertoire utilisateur de GIMP).

Utilisation

Sélectionner des images sur la fenêtre guash; pour sélectionner plusieurs images, appuyez sur la touche Maj (et non pas sur Ctrl!) en cliquant sur les icones.

SommaireQuelques trucs élémentaires

Coller un menu fréquemment utilisé sur le bureau

Les menus obtenus à partir de la barre de menu d'une fenêtre d'images ne sont pas collables, mais on peut obtenir les mêmes menus en version collable par un clic droit dans l'image. Pour coller un tel menu sur le bureau, cliquer sur le trait pointillé situé en haut du menu.

Raccourcis clavier à savoir

Ctrl Z Annule la dernière modification
Ctrl R Rétablit l'opération annulée
= (clavier) ou + (signe plus du pavé numérique) Zoom agrandissement
- (signe moins du clavier ou du pavé numérique) Zoom réduction
1 (pavé numérique) Zoom échelle 100 %
Ctrl S Enregistrer l'image sous le même nom (le fichier initial est détruit)
Maj Ctrl S Enregistrer l'image sous un autre nom

Ajuster la taille de la fenêtre à la dimension de l'image

De façon permanente : <image> Edition/Préférences/Interface/Fenêtres d'images
=> activer la case Redimensionner la fenêtre après un zoom
De façon transitoire : Ctrl E
Remarque.
La combinaison Maj Ctrl E fait l'effet inverse : elle ajuste l'image à la fenêtre.

Déplacer la partie visible de l'image dans la fenêtre

Bouton du milieu d'une souris à trois boutons, ou bien:
Cliquer dans le coin inférieur droit d'une image et utiliser la fenêtre de navigation qui apparaît.

SommaireLa boite à outils

Présentation

La boite à outils s'affiche après chargement de GIMP. Des bulles d'aide donnant une courte description apparaîssent lorsque la souris passe sur chaque outil.

En double cliquant sur l'un de ces outils, vous ouvrez la fenêtre Options des outils de paramètrage de l'outil (si elle n'est pas déjà ouverte). Ensuite, celle-ci s'adapte alors automatiquement si vous changez d'outil par un simple clic sur le nouvel outil choisi.

Les deux cases inférieures permettent le choix des couleurs d'avant et d'arrière plan, du pinceau, du motif de remplissage, et du dégradé.
Si vous cliquez d'un coup bref sur Motif, Dégradé, ou Pinceau, vous faites apparaître le dialogue correspondant permettant le choix du motif, du dégradé ou du pinceau.
Si vous laissez le bouton gauche de la souris enfoncé en cliquant sur Motif ou Dégradé, vous obtenez une visualisation grossie du motif ou du dégradé.

NB.Sur la figure ci-contre, la boite à outils a été personnalisée : les outils Niveaux et Courbes ont été rajoutés. Voir comment faire ci-dessous.

Toolbox_image

Aide contextuelle sur un outil

Taper Maj F1 ou Cliquer sur <image>Aide/Aide contextuelle fait apparaître un curseur en forme de point d'interrogation. Alors, pour obtenir l'aide sur un outil, cliquer sur cet outil.

Personnalisation de la boite à outils

Pour personnaliser la boite à outils, cliquer sur:
<image>Fenêtres/Fenêtres ancrables/Outils
pour ouvrir une fenêtre contenant la liste des outils.

Vous pouvez sélectionner n'importe lequel des outils à partir de cette fenêtre en cliquant sur son nom, que cet outil soit présent ou non sur la boite à outils.

En cliquant dans la colonne de gauche devant un outil, on fait apparaître ou disparaître un oeil. Lorsque l'oeil est visible, l'outil correspondant s'affiche dans la boite à outils. Vous pouvez donc configurer la boite à outils avec les outils les plus fréquement utilisés.

SommaireLes sélections

Outils de sélection

La plupart des outils de dessin travaillent sur la sélection courante ou éventuellement sur l'image entière en l'absence de sélection.

Principaux outils disponibles:

Rect Sélection rectangulaire ou carrée
CircSélection elliptique ou circulaire
LassoLasso (sélection à main levée, de forme quelconque)
MagicSélection d'une région contigüe de couleur uniforme (baguette magique)
Sélection par couleurSélection de toutes les régions d'une couleur uniforme
CissorCiseaux intelligents

Modes de sélection

Lorsqu'un outil de sélection est sélectionné, on voit en haut de la fenêtre Options des outils quatre boutons permettant de choisir le mode de sélection :
Modes de sélection
Les petits symboles sur chaque bouton indiquent leurs effets relativement à une sélection déjà existante ; de gauche à droite :
Attention ! La position du bouton pressé reste mémorisée. Par exemple, si vous avez choisi le mode soustraction et que vous voulez par la suite créer une nouvelle sélection, celà ne marchera pas s'il n'y a pas déjà une sélection existante... Pour éviter ce genre de problème, il faut revenir au mode remplacement (bouton le plus à gauche).

Bords d'une sélection

Les outils de sélections comportent deux paramètres relatifs aux propriétés des bords de la sélection.

Déplacer la sélection sans son contenu

Ancienne méthode valable dans tous les cas : activer l'outil de déplacement.Move ou un outil de sélection elliptique ou rectangulaire ou le lasso. Maintenir la touche Alt enfoncée, le curseur change de forme (une petite croix apparaît à droite de la flêche) ; déplacer alors la souris en pressant le bouton gauche ; la sélection suit les mouvements de la souris.

Nouveau et plus pratique : pour les sélections carrées/rectangulaires ou circulaires/elliptiques, cliquer au milieu de la sélection en restant appuyé et faire glisser la sélection en maintenant le bouton gauche de la souris enfoncé. On peut aussi déformer la sélection en faisant glisser le carré situé à l'un des quatres coins.

Correction d'une sélection utilisant le masque rapide

Cet outil permet un ajustement précis d'une sélection.
En bas et à gauche de la fenêtre d'image, il y a une petite case représentant un petit cercle en pointillé. Si, ayant fait une sélection, vous cliquez sur cette case, celle-ci se transforme en un petit carré rose et les zones non sélectionnées apparaîssent teintées de rose transparent ce qui permet s'il y a lieu de voir les bords flous d'une sélection. Vous pouvez alors, après avoir sélectionné un pinceau adéquat et zoomé suffisamment l'image, retoucher la sélection au moyen du pinceau (écriture dans le masque) et de la gomme (effacement du masque). Pour revenir au mode de visualisation normal, recliquer dans le petit carré rose.

Raccourcis clavier agissant sur les sélections : copier, couper, coller...

Ctrl C copier le contenu de la sélection dans le presse papier
Ctrl X couper : copier le contenu de la sélection dans le presse papier et supprimer le contenu original
Ctrl V coller le contenu d'une sélection copiée dans le presse papier (voir ci-dessous)
Ctrl K effacer le contenu d'une sélection
Ctrl T bascule: rend le contour de la sélection invisible/visible
Ctrl A sélectionner tout
Maj Ctrl A désélectionner tout

Collage d'une sélection (Sélection flottante)

Cette opération demande quelques explications. Lorsque l'on colle une sélection préalablement copiée ou coupée, celà crée un calque temporaire spécial ou sélection flottante. A ce moment il est possible de déplacer la sélection en la tirant par l'intérieur avec la souris pour la positionner avec précision (le curseur représente l'outil de déplacement).
Ensuite on a le choix entre :

Le menu <image>Sélection

Ce menu permet de faire un certain nombre d'opérations sur la sélection active. Ces opérations se passent de commentaire sauf :


SommaireCalques,canaux et chemins

Normalement le dialogue Calques, canaux & chemins est affiché par défaut. Sinon l'option de menu :
<image>Fenêtres/Calques, canaux, chemins, annuler
le fait apparaître. Ce dialogue permet de composer une image à partir de calques superposés, dont on peut gérer la transparence.

Il s'agit là d'une des particulartités les plus puissantes du programme, et nous renvoyons au manuel pour une étude détaillée. Nous donnerons ici une description succincte des fonctions disponibles.

En haut du dialogue, une liste déroulante permet de choisir l'image sur laquelle on travaille (s'il y a plusieurs images ouvertes). Laisser le bouton Auto enfoncé pour que le dialogue corresponde automatiquement à l'image sur laquelle on travaille.

Par défaut, la fenêtre comprend 4 onglets: Calques, Canaux, Chemins, Historique d'annulation.

Onglet Calques

Cet onglet fait apparaître la liste des calques constituant l'image; sur chaque ligne, on peut voir, de gauche à droite:

La liste déroulante Mode permet d'indiquer comment un calque se combine aux autres pour constituer l'image. Le mode Normal correspond à une bête superposition. Dans les autres modes, les valeurs numériques des couleurs du calque sont utilisées pour modifier l'image en combinant les valeurs des pixels du calque avec ceux des calques inférieurs selon certaines opérations mathématiques (addition,soustraction, masques divers....).

Sous la liste déroulante Mode, un curseur Opacité permet de régler l'opacité des zones non transparentes du calque.

Sous le curseur Opacité se trouve une case à cocher, c'est la case Verrouiller. Il s'agit du verrouillage du canal alpha, c'est à dire de la transparence. Si la case Verrouiller est cochée, cela permet de dessiner avec un pinceau dans les zones opaques du cache sans modifier les zones transparentes, même si on déborde...

Pour sélectionner un calque, cliquer sur son nom dans la ligne correspondante. La ligne sélectionnée change de couleur.

La plupart des outils et des filtres agissent uniquement sur le calque sélectionné.

Un clic du bouton de droite sur un calque fait apparaître un menu contextuel contenant les opérations que l'on peut faire sur le calque. Les opérations les plus courantes (créer, supprimer, déplacer un calque...) sont également possibles grâce à la ligne de boutons inférieure.

Opérations sur un masque de calque.

Pour créer le masque: clic droit sur le calque, clic sur ajouter un masque de calque dans le menu. Choisir l'option d'opacité désirée dans le formulaire, et valider. Une fois le masque créé, il agit sur le calque en modifiant la transparence de certaines régions; plus une partie du masque est claire, plus elle est opaque (le noir est complètement transparent).
Une fois le masque créé, il est représenté par une miniature à droite de celle du calque, entourée d'un contour blanc.

Remarque. S'il existe des zones plus ou moins transparentes dans l'image, on voit à travers ces zones un quadrillage. Ce quadrillage ne fait pas partie de l'image mais est là justement pour que l'on puisse voir le degré de transparence.

Glisser/Déposer des calques

Vous pouvez maintenant faire certaines opérations sur les calques par glisser/déposer à la souris. Pour faire glisser un calque, cliquer sur le nom du calque et déplacer la souris en gardant le bouton gauche appuyé.

Onglet Canaux

Cet onglet contient initialement 3 canaux Rouge, Vert et Bleu contenant chacun les 3 composantes RVB de l'image. Des canaux supplémentaires y sont ajoutés lorsqu'on stocke des sélections dans un canal.
Pour stocker la sélection courante dans un canal cliquer sur:
<image>Sélection/Enregistrer dans un canal
Il est alors possible à tout moment de rappeler la sélection par un clic droit sur le canal, puis un clic sur l'item canal vers sélection du menu contextuel.

Onglet chemins (contours utilisant des courbes de Bézier)

Cet onglet sert à stocker les contours (ou chemins) réalisés au moyen de l'outilbézier de sélection d'une région par des courbes de Bézier. Les boutons en bas de l'onglet permettent de créer, dupliquer, supprimer des chemins, de transformer un chemin en sélection et vice-versa, et de peindre le chemin avec le pinceau courant (voir les bulles d'aide).
Pour créer un chemin, cliquer sur le bouton Nouveau chemin puis dessiner le chemin avec l'outil Bézier
Cet outil a été complètement réécrit pour GIMP 2. Son utilisation, assez complexe sort du cadre de cette page. Elle est décrite en détail dans l'aide en ligne.


SommaireRetouche d'images

Ordre des opérations

Quelques conseils sur l'ordre des opérations à effectuer :

On conservera toujours le fichier initial, et on sauvera le fichier modifié de préférence dans un format non destructif (xcf, png, ...).

Recadrage libre

Recadrage respectant un rapport largeur/hauteur donné

L'outil de découpage d'image dispose maintenant de cette option. Dans la fenêtre Options des outils cocher la case Fixé et choisir Ratio d'aspect dans la liste déroulante à droite. Indiquer les proportions dans la case juste au dessous sous la forme x:y , par exemple 2:3 ou 3:4. A droite de cette case cliquer sur une des deux petites icônes indiquant l'orientation désirée (portrait ou paysage). Procéder ensuite comme indiqué précédemment.

Corriger l'inclinaison ou la perspective

Vous avez photographié la mer et l'horizon est penché, ou bien les verticales d'un grand monument ne le sont pas, voici comment corriger celà.

Sélectionner l'outil rotation Rotation ou perspective Perspective selon le cas.
Dans la fenêtre Options des outils cocher les cases Correctif (en arrière), vérifier que Rognage est sur Rogner, Type d'interpolationsur Cubique et l'Aperçu sur Grille.
Si vous cliquez dans l'image, un quadrillage apparaît; on peut le tirer à la souris en le tournant ou en le déformant. Si vous avez coché l'option Correctif (en arrière), il suffit d'amener les lignes du quadrillage en coïncidence avec les lignes penchées que l'on désire redresser; puis de valider le formulaire qui apparaît (Rotation ou Transformer selon le cas).

Une fois la transformation effectuée, il faudra recadrer l'image comme indiqué plus haut.

Remarque. Les nouveaux outils de rotation et perspective ont des options permettant de voir directement le résultat de la transformation. Bien que cela puisse paraître plus agréable, la méthode corrective avec usage de la grille comme indiqué ci-dessus me semble la plus précise.

Pers

Enlever des petits défauts

Il peut être utile de faire disparaître de petits défauts: points noirs sur fond clair ou blanc sur fond foncé dus par exemple à des poussières sur un scanner...

Commencer par entourer d'assez près la zone du défaut par une sélection (au lasso par exemple), puis invoquer:
<image>Filtres/Amélioration/Anti-parasites

Valider après avoir modifié les réglages s'il y a lieu, en observant la prévisualisation du résultat dans la fenêtre.
Les réglages par défaut conviennent généralement:

Elimination de détails génants au moyen de l'outil clone

Par exemple, un paysage que vous avez photographié est défiguré par un panneau de signalisation routière au premier plan. Qu'à celà ne tienne, l'outil clone Clone va vous permettre de le faire disparaître en reconstituant le fond qui est derrière.

Préalablement il faut zoomer suffisament l'image pour obtenir un travail de précision, par exemple à 200% ou plus.
Sélectionner l'outil cloneClone dans la boite à outils. Cet outil vous permet de recopier une petite portion de l'image située au voisinage d'un point de référence en utilisant un pinceau flou de façon que la retouche se fonde dans le fond.

Blur

On utilisera un pinceau flou d'une taille correspondant à la finesse de la retouche à effectuer.

Pour choisir un point de référence, amener le curseur sur un point de la zone à recopier (un point du fond assez voisin de l'objet à faire disparaître) et effectuer un clic gauche en maintenant la touche Ctrl enfoncée.

Placer le curseur à l'endroit de la retouche et déplacer doucement le curseur en maintenant le bouton gauche pressé pour recopier un petit bout de la zone voisine du point de référence.

Avec le réglage par défaut de cet outil, chaque fois que vous relachez et repressez le bouton de la souris, vous recommencez une copie à partir du point de référence.

Procédez par petites touches, en changeant fréquemment selon les besoins le point de référence et la taille du pinceau. Vous pouvez à tout moment annuler la précédente retouche en pressant Ctrl Z. Terminez avec un pinceau très fin.

Clone

Luminosité, contraste, balance des couleurs

Les réglages de luminosité et contraste peuvent être obtenus par :

<image>Couleurs/Luminosité-Contraste
On peut corriger une dominante de couleurs par :
<image>Couleurs/Balance des couleurs.
La correction peut s'effectuer sur les trois composantes de couleur, et sur les ombres, demi-teintes et tons vifs.
Tout celà ne permet que des réglages approximatifs et il est difficile d'obtenir le résultat souhaité. Il est préférable d'utiliser les courbes (voir ci-dessous).

Utilisation des courbes

L'outil courbes s'obtient par : <image>Couleurs/Courbes...

Le menu déroulant Canal permet de travailler sur l'ensemble de l'image (canal par défaut valeur: contraste, luminosité, assombrir ou éclaircir les zones sombres ou claires) ou bien sur chacune des couleurs primaires (canaux Rouge, Vert, Bleu : correction de couleur).

Lorsque l'on déplace le curseur sur l'outil Courbes (sa fenêtre étant active), les coordonnées du curseur sur le graphique sont affichées à l'écran. Les abscisses x représentent la luminosités d'entrée (image d'origine), les ordonnées y la luminosité de sortie (image modifiée). Ces luminosités peuvent prendre des valeurs dans l'intervalle [0 à 255].

Remarque
. Dans cette nouvelle version,la fenêtre des courbes fait également apparaître en superposition l'histogramme de l'image.

Courbes

Initialement, le graphique représente une droite diagonale, ce qui correspond à une image non modifiée (valeurs d'entrée et de sortie égales). Si on clique sur la courbe, celà fait apparaître un point que l'on peut tirer à la souris pour déformer la courbe. On peut créer autant de points que l'on veut; pour supprimer un point, il suffit de le tirer hors de la fenêtre. Pendant que l'on déforme la courbe, on peut suive les modifications entraînées sur l'image (si la case aperçu est cochée). Par exemple, si vous montez le point de coordonnées 120, 120 en 120,150, les points de luminosité 120 s'éclaicissent à 150 et les point de luminosité voisines s'éclaircissent également par continuité de la courbe et vous pouvez voir cet éclaircissement sur l'image.

En outre, si, l'outil Courbes étant ouvert, on revient sur la fenêtre de l'image sur laquelle on travaille et on clique sur un point de l'image, il apparaît sur le graphique une ligne verticale à l'abscisse correspondant à la luminosité du point de l'image cliqué pour le canal sélectionné (Valeur, Rouge, Vert ou Bleu).

Lorsque l'on utilise l'outil courbes, il est parfois nécessaire de connaître les valeurs des luminosités des couleurs primaires d'un point de l'image. Pour celà, invoquer

<image>Fenêtres/Fenêtres ancrables/Pointeur
Alors, lorsque le curseur se déplace sur une image, les composantes des trois couleurs s'affichent pour les points parcourus.

Modifications globales

La figure ci-contre représente quelques formes de courbes simples (sélectionner le canal "valeur") et leurs effets. Le mieux est d'expérimenter en commençant par de petites modifications.

Figure


Exemple d'éclaircissement des ombres

Les figures ci-dessous représentent un exemple d'éclaircissement des ombres sans modifier le ciel et les parties claires. La courbe utilisée (canal valeur) est représentée à gauche. A droite, on peut voir au dessus l'image d'origine, et l'image corrigée en desous. Sur la courbe l'on a ajouté trois points:
Ce type de correction est évidemment impossible à réaliser avec les outils de Luminosité/Contraste.

Courbe_1
Ombres

Correction d'une dominante de couleur

On pourra se reporter à cette adresse d'un chapitre de la traduction du livre "Grokking the GIMP" consacré à ce sujet (les figures correspondent à la version 1.2.5 de GIMP) :

http://www.linuxgraphic.org/grokking/node61.html

Voici quelques brèves indications.

Cas où l'image contient des zones censées être d'un gris neutre

Par exemple une image avec un mur ou un sol gris. La méthode consiste à mesurer 3 points de la région grise: un gris foncé, un gris moyen et un gris clair, et à noter les valeurs des trois couleurs pour chacun de ces points à l'aide de l'outil Info. Fenêtre cité plus haut.
S'il n'y a pas de dominante de couleur, les trois couleurs primaires associées à chacun des points doivent avoir des valeurs égales. S'il y a une dominante, généralement deux couleurs seront voisines et la troisième nettement différente. Supposons que pour l'un des points on ait trouvé: Rouge=114, Vert=117, Bleu=143. Ceci est l'indice d'une dominante bleue. Alors, avec l'outil Courbes on sélectionnera le canal Bleu et on descendra le point de coordonnées 143,143 en 143,117 (la valeur du Vert prise comme référence). Pour raffiner on pourra de même ramener le Rouge de 114,114 à 114,117. On procèdera de même avec les deux autres points, et on cliquera sur Valider .

Cas où l'image ne contient pas de zones gris neutre

Dans ce cas, on travaille successivement avec les trois canaux Rouge, Vert et Bleu. Dans chaque cas, on place un point au 1/4 de la courbe, un à la moitié et un aux 3/4. On essaie de déplacer légèrement ces points, et on ne conserve que les déplacements qui améliorent l'image.

Améliorer la netteté

Si une image manque de relief, il est possible d'améliorer sa netteté apparente en utilisant un filtre adéquat. Bien sûr ceci ne peut faire apparaître de nouveaux détails dans l'image, mais peut améliorer de façon spectaculaire la perception des détails existants.

Méthode du "masque flou"

On accède à ce filtre par:

<image>Filtres/Amélioration/Renforcer la netteté
Ce filtre utilise la méthode du Masque flou (en anglais Unsharp mask) qui agit en amplifiant le contraste au voisinage des contours des objets ; la détection de contour est faite par soustraction du fond de l'image, ce fond étant obtenu au moyen d'un masque flou.

Les paramètres par défaut du formulaire qui apparaît produisent un peu trop d'effet. Voici ce qui convient le plus souvent:

Valider après avoir ajusté les paramètres.

Filtre "refocus"

Ce filtre utilise une méthode de convolution circulaire locale et donne de très bons résultats à condition d'être appliqué à une image de bonne qualité. Il est meilleur que le masque flou pour mettre en évidence de très fins détails. Il ne fait pas partie de la distribution standard de GIMP 2 ; initialement il ne fonctionnait que sous Linux, mais j'en ai fait une adaptation à Windows que l'on peut trouver, avec quelques explications sur ce lien vers ma page de téléchargement.

SommaireFoire aux questions

GIMP se plante avec un message à propos de dlls ou d'exportations manquantes

GIMP refuse de démarrer avec un message à propos de dlls (librairies dynamiques) ou d'exportations manquantes. La cause la plus probable est un conflit entre des dlls de GIMP et des dlls de même nom, mais de version différentes, provenantd'une autre application, et qui sont installées là où elles ne devraient pas être (dans les répertoires systèmes de Windows) . Il peut être nécessaire de rechercher ces fichiers à l'aide de l'outil Démarrer/Rechercher de Windows afin de déplacer ou renommer les fichiers en conflit.

GIMP se plante en cours de travail

Si GIMP se plante en cours de travail pour une cause inconnue, il peut laisser certains processus actifs dans le système, perturbant une utilisation ultérieure, en particulier les processus Script-Fu ou guash. Il faut tuer ces processus avant de relancer GIMP. Pour celà presser simultanément les touches Ctrl Alt Suppr pour faire apparaître le Gestionnaire de tâches de Windows, onglet Processus, sélectionner le processus à tuer dans la fenêtre et cliquer sur Fin de tâche. Il peut être nécessaire de faire plusieurs fois l'opération...

Surveillance du fichier de travail de GIMP

GIMP utilise un fichier de travail dont le nom est de la forme gimpswap.nnnnnnnnnn (nnnnnnnnnn étant un numéro de processus). Ce fichier est créé par défaut dans le sous répertoire tmpdu répertoire utilisateur de GIMP sauf si l'on a redéfini ce chemin dans les préférences. Si l'on travaille longtemps, ou sur de grosses images, ce fichier peut atteindre plusieurs centaines de MO. Si la place disque risque d'être insuffisante, il faut sauver le travail en cours, arrêter GIMP et le recharger. En effet ce fichier est détruit automatiquement à l'arrêt de GIMP.

GIMP en anglais

Il est parfois utile d'utiliser GIMP avec les menus et messages en anglais, par exemple si on utilise une version anglaise du manuel. Pour pouvoir lancer GIMP en anglais, faire un fichier GIMP_ANG.BAT contenant les deux lignes suivantes:

SET LANG = C
START GIMP-2.6.EXE

Sauver ce fichier et créer sur le bureau un raccourci vers ce fichier. Si vous cliquez sur ce raccourci, GIMP sera lancé en anglais.

Certaines fonctions sont inactives sur les images indexées (format gif ou png indexé)

Les images enregistrées dans un format indexé utilisent une palette de couleurs. La plupart des fonctions d'édition de GIMP sont désactivées dans ce mode. Pour pouvoir retravailler ces images, il faut d'abord les convertir dans le mode RVB.

Pour celà cliquer sur: <image>Image/Mode/RVB

Où sont donc passés tous les outils de couleur ?

Depuis GIMP 2.4, la totalité des outils de couleur se trouve sur ce menu:
<image>Couleurs

Certains scripts-fu ne marchent plus sous GIMP 2.4

L'interprèteur de script-fu a changé sur cette version de GIMP. Pour ceux qui programment ces scripts, il existe un guide de migration (en anglais) ici :
http://www.gimp.org/docs/script-fu-update.html